J. C. V de s ap. J. C



Download 143.96 Kb.
Sana26.06.2017
Hajmi143.96 Kb.
LabEx RESMED - Institut Universitaire de France

Interactions religieuses dans l’Arménie ancienne (VIIIe e s. av. J.-C.-V de s. ap. J-.C.)

Colloque international. Paris, lundi 26 - mardi 27 octobre 2015

Collège de France, Salle Lévi-Strauss, 52, rue du Cardinal Lemoine
Plus d’un quart de siècle après la publication de la thèse de James Russell, « Zoroastrianism in Armenia », ce colloque présente un premier bilan de la question au regard de l’avancement de la recherche, des nouvelles découvertes et des nouvelles perspectives interdisciplinaires, permettant ainsi d'examiner les interactions religieuses en Arménie à travers toute leur complexité.
Comité scientifique : Samra Azarnouche, Patrick Donabédian, Frantz Grenet, Charles de Lamberterie, Giusto Traina
Lundi 26 octobre

Présidence : Daniel Bodi, Université Paris-Sorbonne


9h15-9h45

Stéphane Deschamps, Direction régionale des affaires culturelles, Bretagne, François Fichet de Clairfontaine, Ministère de la Culture et de la Communication, Vincenzo Mutarelli, Département de Seine-Maritime

L'organisation topographique du temple de aldi à d'Erebouni, entre Ourartou et les Achéménides.
A la suite des fouilles menées dans le palais-forteresse d'Erebuni au cours de la période soviétique (1950-1960), plusieurs sanctuaires datés de la période ourartéeenne (VIII-VIIe av J.-C.) avaient été mis au jour, celui de Haldi paraissant associé à une grande salle à colonnes dont deux états successifs étaient proposés sur la base d'observations architecturales. Depuis 2008, la reprise des recherches dans le cadre d'une collaboration franco-arménienne a apporté un éclairage nouveau sur la chronologie de la forteresse, tout particulièrement dans le secteur du sanctuaire de Haldi. Elles ont ainsi livré une image, inattendue, plus complexe et toute autre de la morphologie et de l'organisation du sanctuaire à la période ourartéenne, comme des circulations à la croisée de l'aire sacrée et de celle palatiale. Elles suggèrent enfin, sinon une désacralisation profonde de l'espace dédié à Haldi, du moins un important remodelage de l'aire sacrée au profit d'un programme palatial monumental qui s'orne alors de la grande salle à colonnes dont la datation est aujourd'hui revue et attribuée à la période de transition entre la fin du royaume d'Ourartou et la période achéménide.

9h45-10h30



Pavel Avetisyan, Arsen Bobokhyan, Académie des Sciences, République d’Arménie

A survey of cult-places in pre-Christian Armenia

Taking into account the traits of cultural landscape and topology of the Armenian Highland, the variety of known early cultic objects (structures, stelae, artefacts) can be divided into two major groups:

1. cultic objects within the settlements, which were parts of settlements or integrals of interior / exterior of structures within the settlements, and

2. cultic objects which with their location are not connected to settlements, appear as cultivated parts of natural landscapes or are connected to any unit of the landscape (e.g. are within cemeteries situated beyond the settlements).

Since the beginning of the Holocene, ca. 10.000 BP the objects within these mentioned two groups appear in the Armenian Highland (Chayonyu Tepe, rock-carvings, etc.). During the Bronze and Iron Ages (4th - beginning of the 1st millennium BC) the valleys, foothills and mountains host such archaeological units which directly reflect ritualistic and cultic procedures.

So, although in the sites of Early Bronze Age, ca. mid 4th - mid 3rd millennia BC, are mentioned sanctuaries satisfying public needs (Mokhrablur, Jrahovit), however it is clear that cultic procedures within the Kura-Araxes cultural community were realized on individual niveau, in families or small groups both within and outside the settlements. This is especially reflected in unprecedented quantity and dominance of ritual herds, among which also portable ones, known in all complexes of this culture. Just since this period we have also wide distribution of rock-cut public complexes (Metsamor, Agarak, Byurakan, Aparan III, Kakavadsor, etc.).

Public cult is reflected also in the phenomenon of the so called “vishap” (dragon) stones, wonderful examples of zoomorphic (bull, fish, bull-fish hybrids) monumental art and hallmarks of “sacred landscapes” (Aragats, Geghama Mountains, etc.), which can be considered as axial factor in the process of social integration especially during the Middle Bronze Age, i.e. in the first half of the 2nd millennium BC. The sanctuaries of this period are concentrated around or among cemeteries reflected in huge barrows and ritual roads. The presence of complex ritualistic practices is reflected in iconography of the period (Trialeti and Karashamb goblets).

The appearance of various kinds of sanctuaries differing from each other in details of exterior and interior during the Late Bronze and Early Iron Age, mid 2nd - early 1st millennium BC (Gegharot, Metsamor, Dvin) attest the final stage of integration of public sanctuaries within settlements as well as the formation of social cells satisfying spiritual needs of society (priesthood). Connected with it, another trait of the period is the appearance of massive anthropomorphic plastic and phallus cult, as well as enrichment of inventory of cult practices (e.g. zoo- and anthropomorphic standards) and presence of complex ritualistic imagery (bronze belts) not known before. This is the beginning of complex religious infrastructures well known in later periods of history of Armenia.

Since the beginning of the 1st millennium BC we trace a twofold situation in the Armenian Highland: birth of an Ancient Near Eastern administration around Lake Van (= Biainili-Urartu) and its spreading all over the region, and persistence of local traditions coming from Late Bronze-Early Iron Ages. With Urartian administration a special cultural niveau was created, the most important innovation of which was the new reception of symmetry and new sense of monumentalism which is directly reflected in organization of sacral landscape. Most importantly with Urartu we are passing the border of prehistory, while we encounter using of cuneiform and hieroglyphic script, we have names of sanctuaries and their patrons: so we deal with existence of state religion and theocracy. Urartian sanctuaries are mainly represented by monumental temples located in administrative centres (Tushpa, Erebuni, Argishtikhinili), as well as by rock-cut sanctuaries (tombs or “doors”) and basalt stelae which can be connected to or be far from settlements. It is important to note, that with Urartian state the idea of united cultic centre appears (Musasir), so typical for Armenia of later periods.

The last period of history of Urartu, particularly the 7th century BC is marked by formation of a koiné through integration of the local (Etiuni) and Bianili cultures. In the next century we deal already with Armenia as a political unit which finally merges administrative and cultural varieties into one. In organization of the sacral landscape of Armenia since the 6th century BC and before conversion to Christianity in the 4th century AD (i.e. during Ervandid, Artashesid and early Arsacid periods) we see tree main trends in religious sphere: local traditions coming from earlier periods, Iranian influences beginning with Achaemenid empire, and Hellenistic impact beginning with the 2nd century BC. Syncretism, theocracy, formation of state pantheon and existence of various temple communities are hallmarks of the period. Cult-places as temples or parts of wider sacral landscapes are concentrated both within administrative centres or towns/cities (Artashat) and in special cultic places within or near the settlements/fortresses (Garni), as well as beyond them (Tirinkatar).

By tracing the history of cult-places back to pre-Christian Armenia we clearly see both the persistence of tradition and the power of innovation. This process is essentially reflected in cultural memory of the Armenian nation, in its ethnographic and folkloristic heritage.
`

10h30-10h45

Pause café
10h45-11h30

Giusto Traina, Université Paris-Sorbonne

Le charisme religieux des rois d’Arménie

Le royaume de Grande Arménie est souvent considéré comme un état-tampon. En réalité, son existence était justifiée par son système social, basé sur le rapport charismatique entre le roi, les naxarar-s et le peuple. L’iconographie de la tiare des Artaxiades, ainsi que les parallèles avec la Commagène, permettent de comprendre le développement de l’idéologie royale. Les manœuvres de Rome de l’empire parthe compliquent la situation, mettant en crise la légitimité dynastique de la royauté arménienne. La montée des Arsacides et le couronnement de Tiridate par Néron renforcent ne résolurent pas sur le différend entre Rome et les Parthes, au moins sur la longue durée, mais contribuèrent à renforcer le charisme royal des rois d’Arménie.


11h30-12h15

Charles de Lamberterie, Université Paris-Sorbonne

Sur le vocabulaire religieux de l’arménien classique
C’est un fait bien connu que l’essentiel du vocabulaire religieux de l’arménien classique est constitué par des mots d’origine iranienne, à quoi il faut ajouter la forte influence qu’ont exercée sur le christianisme arménien la tradition grecque et la tradition syriaque. On en rappellera quelques exemples bien connus, à quoi il faut ajouter les résultats de recherches récentes.

Mais à côté de ces éléments plus récents que la couche du lexique arménien héritée de l’indo-européen, il subsiste quelques mots, certes réduits en nombre mais importants, qui ont une bonne étymologie indo-européenne. C’est le cas, par exemple, du substantif di-k‘ « dieux païens » et du verbe ałač‘em « prier », avec son nom verbal aławt‘-k‘ « prière », ainsi que d’un autre nom de la « prière », à savoir ałers.

On s’efforcera d’établir une stratification de ces différents éléments du lexique arménien.
12h15-13h00, Discussion
13h00-15h00, Pause
Présidence : Frantz Grenet, Collège de France
15h00-15h45

James Russell, Université de Harvard

Mihr Hayoc‘ meǰ since Avdalbekyan, a retrospective

The Mithraic mysteries emerged into history in the late Parthian period: the Romans encountered them in Anatolia and probably Armenia and aspects of the order, which seems to have been a social phenomenon ancillary to Zoroastrianism, might have originated in this region. The ninth-century formation of the epic of Sasun in the form transmitted down to modern times is in some respects an expression of Mithraism that can be linked historically to the expansion of another development of devotion to Mithra, the Maitreya cult in Buddhism in Iranian Central Asia. Both, and probably the composition of the History of the Armenians of Movses Khorenatsi, may be seen as part of the trend to reshape and affirm local identities in the encounter with a now-entrenched Islam, and in resistance to the waning Arab domination of parts of the Near East after the first wave of conquest.

15h45-16h30

Samra Azarnouche, EPHE

Identités religieuses entre l’Iran et l’Arménie
16h30-16h45, Pause café
16h45-17h15

Antonio Panaino, Université de Bologne

Royauté, charisme, astrologie : l’Arménie entre Rome et l’Iran
Le Zoroastrisme sassanide a favorisé une attention particulière vers l’étude et le contrôle du temps, compris comme l’espace historique de et dans la bataille cosmologique contre les forces du mal. Dans ce processus le Mazdéisme de l’antiquité tardive avait développé des caractères beaucoup plus archaïques. Pour ces raisons, l’astrologie historique et ses applications, même dans le domaine de la politique, ont été saluées comme un outil de prévision et d’enquête au service de la lutte contre les démons. Le souverain en tant que garant de l’ordre cosmique et comme le représentant de la religion dans l’histoire s’est chargé d’une série des caractères extraordinaires, qui ont remarqué sa taille de kosmokrátor, mais sans jamais diviniser sa personnalité. Le roi sassanide, bien qu’il soit placé au centre d’une salle céleste, sur un trône astral, au centre de l’univers, comme le vrai soleil du monde, il n’est plus qu’un symbole, l’image d’une puissance supérieure, d’une volonté plus élevé et divine. Mais, il reste, en dépit de sa grandeur, un être inférieur à Dieu, ainsi que Zoroastre n’était pas soustraite de la destinée de mort, nonobstant son rôle extraordinaire en tant que prophète de la religion mazdéenne. Le monde byzantin et le Christianisme d’Occident nous montrent une certaine ambiguïté vers la divination astrale et certaines modalités symboliques du pouvoir et de sa représentation présentent des caractères dans lesquels l’influence de l’astrologie et des ses spéculations est bien visible, parfois avec une allure iranienne ou plus généralement orientale. L’intérêt verse la littérature astrologique et la présence d’une tradition des savants à Byzance est la démonstration de cette attention vers une technique considérée potentiellement prédictive et importante dans le contrôle du pouvoir. Au contraire, l’attitude de la royauté arménienne, d’après sa conversion au Christianisme, montre apparemment une hostilité plus nette contre l’astrologie et son pouvoir. Vraisemblablement cette position est le reflex explicite d’une hostilité majeure à l’Iran et à sa puissante influence culturelle. La Perse était un voisin trop proche et qui avait encore ses potentiels sectateurs en Arménie sans dire d’une partie de la noblesse dont la formation et les traditions étaient d’origine mazdéenne. La rigidité du Christianisme arménien alors n’était pas seulement la manifestation d’une rigidité doctrinale ou d’insensibilité philosophique, mais surtout le résultat d’une choie politique, marquée par la préoccupation que le procès de conversion n’avait pas encore terminée son chemin.

17h15-17h45



Garnik Asatrian, Université d’Etat d’Arménie

James Russell’s Zoroastrianism in Armenia
It has been nearly three decades since the publication of James Russell's Zoroastrianism in Armenia. Even at the time, the monograph was lauded as an "outstanding work and one that is unrivaled in the corpus of literature that has hitherto been written about Zoroastrianism in Armenia." The following paper seeks to review some of Russell's key insights from 1987, discuss its continuing place in the historiography on the topic, and share some new insights in light of more recent research building on Russell's seminal study.
17h45-18h30, Discussion
Mardi 27 octobre
Présidence : Philip Huyse, EPHE
9h15-9h45

Valentina Calzolari, Université de Genève

Les cultes pré-chrétiens dans la première littérature arménienne

L’écriture constitue un moment essentiel de l’opération historiographique et, surtout depuis quelques décennies, elle reçoit de plus en plus d’attention des milieux savants. C’est avec ce regard que je m’approche des sources historiographiques du Ve siècle, et en particulier du récit consacré à l’adoption officielle du christianisme par le royaume d’Arménie (Agathange, Histoire de l’Arménie). L’étude de l’agencement narratif des faits, de la rhétorique du discours, des phénomènes d’intertextualité peut nous aider à comprendre, en particulier, de quelle manière l’écriture de l’histoire intervient dans le processus de construction d’une mémoire religieuse chez cet auteur. Dans le cas d’un récit consacré à une « conversion » religieuse, ce processus de construction de la mémoire religieuse implique une sélection de la mémoire des traditions ancestrales et un certain regard sur les cultes préchrétiens de l’Arménie. La sélection a été radicale chez le premier historien arménien, Korioun (le premier à avoir réfléchi à la légitimité de sa démarche d’écriture), qui oblitère complètement la mémoire du passé. Au contraire, cette mémoire est en partie préservée par Agathange qui, dans sa représentation du passage de l’ancienne religion à la nouvelle, utilise les références (explicites ou implicites) aux pratiques du passé entre autres comme un repoussoir pour mieux mettre en évidence la supériorité, à ses yeux, de la religion chrétienne. Ma communication portera sur quelques aspects liés à ce questionnement.


9h45-10h30

Touraj Daryaee, Université de Californie, Irvine

Reflections from the Pre-Christian Armenian Pantheon on Arsacid and Early Sasanian World

James Russell’s pioneering work, Zoroastrianism in Armenia, has shown the interconnectedness of the Armenian and Iranian worlds in antiquity. Armenian sources such as Movses Khorenatsi and Aghathangełos are important sources of information, not only for Armenia, but this essay would contend, for the Iranian world as well. That is the use of Armenian sources, whose frame of reference is the Arshakuni world, can also shed light on the Arsacid religion and society of the Iranian world. This fact is important in that we have almost no native sources on the Arsacid Empire, while their relatives who ruled as the Arshakuni Dynasty in Armenia, lasted till the fifth century. The early Armenian historical writing can then possibly be a frame of reference for the Arsacid society which was similar to that of their relatives in the Caucasus.


10h30-10h45, Pause café
10h45-11h15

Alessandro Orengo, Université de Pise

Eznik de Kołb entre Orient et Occident


Le Ełc ałandoc' (“Réfutation des sectes”) de Eznik de Kołb est l'un des premiers ouvrages originaux écrits en arménien, et il fut composé vers la moitié du Ve siècle, à une époque où les Arméniens, ayant perdu leur indépendance, étaient menacés d'assimilation, culturelle aussi bien que religieuse, par la Perse sassanide. Dans ce traité l'auteur expose et réfute plusieurs croyances religieuses et théories philosophiques, telles que la gnose valentinienne, le zervanisme venant de Perse, des anciennes croyances remontant au paganisme arménien, les doctrines des philosophes grecs et finalement, à l'intérieur du christianisme, l’hérésie de Marcion.

Dans notre communication, après avoir résumé et commenté ce que à ce propos dit l'auteur, l'on essayera de relever la diffusion de ces doctrines dans le monde arménophone de l'époque de Eznik et d'évaluer en quelle mesure elles pouvaient être considérées dangereuses pour la survie culturelle des Arméniens eux-mêmes.

11h15-11h45

Patrick Donabédian, Université d’Aix-Marseille

Ereruyk‘ et les interactions arméno-syriennes à la période paléochrétienne
Parmi les grands courants culturels qui ont enrichi l’Arménie dans l’Antiquité et au début de la période chrétienne, celui venant de l’Iran/de la Perse est le principal objet du colloque qui nous rassemble. Mais à la fin de la période considérée, l’impact des liens avec les cultures chrétiennes des régions voisines du sud-ouest et en premier lieu celle de la Syrie doit également être pris en compte. Au centre de l’ensemble de vestiges paléochrétiens et médiévaux d’Ereruyk‘, qu’une mission du Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne (LA3M, UMR 7298) d’Aix-en-Provence étudie depuis plusieurs années, la fameuse basilique attire l’attention par son ampleur et son originalité. L’une des raisons en est le lien singulier qui l’unit à la Syrie paléochrétienne.

La basilique d’Ereruyk‘ est LE monument emblématique de cette relation, car c’est en elle que ce lien se manifeste avec le plus d’évidence. La présente communication propose d’étudier ses manifestations dans la composition planimétrique et volumétrique de la basilique, dans ses dispositifs décoratifs et dans son épigraphie. Après quoi, la communication examine la question de la place de ce phénomène dans la création architecturale arménienne de l’époque et des suites qu’il a pu avoir.


11h45-12h15

Discussion
12h15-12h30

Giusto Traina

Conclusions


Каталог: IMG -> docx
docx -> Les identités civiques. Expression et manifestations. Axe
docx -> Le 2 octobre, Mémoire de notre Saint Père LÉger
docx -> Les limites de la novempopulanie
docx -> Рейтинг університетів з технічною спеціалізацією країн Східної Європи (сее) за результатами Webometrics-2016
docx -> Indice autores, y colaboradores
docx -> «Ignorance=fear, Silence=Death» de keith haring synthèse
docx -> Niché au sud du Cantal, au dessus de la vallée du Lot, le Meyniol offre un cadre privilégié pour la pratique du Yoga
docx -> Thème n°4 : Le calcul du mètre pendant la révolution et de la méridienne à Aurillac par triangulation. (HG/math/physique; Mmes Boyer et Marcastel, Mr Amalric ) La révolution : fin de «deux poids, deux mesures»
docx -> Handi Cap Evasion – Antenne de l’Ardèche programme 2017


Do'stlaringiz bilan baham:


Ma'lumotlar bazasi mualliflik huquqi bilan himoyalangan ©hozir.org 2019
ma'muriyatiga murojaat qiling

    Bosh sahifa